Friday, July 19

Les enfants retrouvés dans la forêt colombienne ont comencé à témoigner

Les quatre enfants colombiens retrouvés vendredi 9 juin, après forty days spent in the forest amazonienne, ont livré à leurs proches de primers éléments à propos de leur longue errance. Selon le témoignage recueilli par le père de deux des mineurs, Manuel Miller Ranoque Morales, la mère des enfants est « rest in vie pendant four days », After the plane crash the next day, ils se trouvaient, in view of the sucumber à ses blessures.

« Avant de mourir, leur mère leur a dit : “Allez-y, partez” [rejoindre votre père] » explained M. Ranoque, lors d’une conference de presse devant l’hôpital militaire de Bogota, où sont pris en charge les enfants, qui, selon lui, «speak peu».

« Wait for the children to be healed (…). Ce n’est pas si facile de leur poser des questions » après ce qu’ils ont vécu, at-il encore raconté, pressé par une foule de journalists. « After avoir traversé une telle tragédie, il faut qu’ils retrouvent des force (…). Nous n’avons pas pu vraiment parlera commenté, da son côté, Fidencio Valencia, le grand-père des enfants. Ils jouent avec les cadeaux [qu’ils ont reçus], Ils sont bien, ils sont tra de bonnes mains (…). On ne peut pas leur donner trop de nutriment pour le moment. Tout cela est un processus qui va prendre du temps. »

Read also: Article reserved for us After rescuing lost children in the Amazon rainforest, Columbia’s famous ‘jungle miracle’

«C’est un miracle de Dieu. Nous remercions Dieu qui a guardé les enfants en vie »a poursuivi M. Ranoque. « Comme peuple indigène, nous avons montré au monde ce dont nous étions capaces. Nous avons trouvé l’avion, nous avons trouvé les enfants »s’est-il felicité.

Lesly (13 years), Soleiny (9 years), Tien Noriel (5 years) and Cristin (1 year) ont été retrouvés vivants vendredi après-midi par les sauveteurs, alors qu’ils erraient seuls dans la forêt depuis le crash, le 1um mai, du petit avion Cessna 206 à bord duquel ils voyageaient avec leur mère, le pilote et un proche. The three adults died in the accident.

“J’ai faim”

The aircraft belonging to the Avianline Charters company will have left a forest connue area under the name of Araracuara to return to San José del Guaviare (South), one of the main cities of the Colombian Amazon, 350 km away, before firing radar . Le pilote venait de signaler un probleme au niveau du moteur.

Les militaris ont retrouvé l’appareil entre le 15 et le 16 mai, à la vertical, le nez planté au sol, au milieu d’une végétation dense, le pilote mort dans le cockpit. Le chef indigène et la mère de famille ont également été retrouvés sans vie, sans les les militaires précisent où exactly.

La RTVC, la télévision publica colombienne, a diffusioné dimanche après-midi une video du moment de la reunion entre les quatre enfants, qui erraiente dans la jungle depuis quarantes jours, et leurs sauveteurs indigènes. Sur these images filmées au téléphone portable, voit les enfants hagards, la plus petite dans les bras de l’un de ses sauveteurs. Tous sont terribly amaigris.

Read also: Article reserved for us In Colombia, the course against the mountain pours lost children into the Amazon rainforest

Leurs sauveurs, des membres de la garde indigène, chantent, fument du tabac (une plante sacrée chez les indigènes) et remercient avec allégresse. Invités sur le plateau de la RTVC, did not tell the first moments of the meeting. «La fille aînée, Lesly, avec la petite dans les bras, a couru vers moi. Lesly to say “j’ai faim” »I trusted Nicolas Ordonez Gomes, one of the team members. L’un des deux garçons était allongé. Il s’est levé, et il m’a dit “ma maman est morte”. » «On a enchaîné tout de suite avec des mots positifs, en disant que nous étions des amis, que nous venions de la parte de la famille, du père, de l’oncle. Que nous étions de la famille »detailed by M. Ordonez Gomes.

The worldwide application

The morning of the world

Morning suit, our selection of 20 a ne pas manquer items is back

Download the application

Manuel Miller Ranoque Morales avait protesté plus tôt dans la journée contra la diffusion “on social resources” from photos of their children in the leur chamber d’hôpital: ” It’s not right “, at-the estimated. The Colombian press began to wear des details de leur calvaire. Les enfants ont pu se servir pendant leur périple d’une moustiquaire, d’une napkin, d’un minimum of camping material, two portable telephones (auxiliary batteries that run out quickly), a pocket lamp and a small music box.

I was threatened by a dissident armed group from the FARC

M. Ranoque est, par ailleurs, revenu sur les menaces à l’origine du départ en plane de la famille depuis le Guaviare. « I am threatened by the Carolina Ramirez Front » de la dissidence des FARC, at-il dit, sans préciser les raisons de ces menaces. «I know that ces gens sans scrupule cannot restart à faire pressure et je ne le permettrai jamais. Ils ont dit qu’ils allaientvenire me chercher jusqu’à Bogota (…). Tout ce qu’ils veulent, c’est l’intérêt économique, et tant que vous ne les rejoignez pas vous êtes un ennemi »at-the accused.

Read also: Article reserved for us Colombia: FARC dissidents, after rejecting the 2016 paix agreement, acceptent de négocier

Toute cette partie amazonienne du sud du pays est un fief historique des FARC, qui y imposing a «impot» revolutionary. La recherche des enfants par l’armée a été également une course contre-la-montre pour éviter que ce groupe armé, avec lequel le quel le gouvernement venait de rompre un fragile cessez-le-feu, he puts it main avant elle sur les jeunes rescapés .

Après plus d’un mois de recherches infructueuses, l’armée était sur le point de réduire les moyens déployés, lorsqu’elle a découvert les enfants. « Chaque jour qui commençait, on se disait : aujourd’hui on les trouve ! », I counted a military man, I quoted a hebdomadary. L’armée dit aujourd’hui poursuivre ses recherches afin de retrouver un capello de détection perdu dans la jungle alors qu’il était sur la pista des enfants.

Le Monde with AFP